Portrait d'artiste : rencontre avec Wesley Louissaint

Anouchka Drouin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Wesley Louissaint est un artiste engagé au parcours atypique. Chanteur, guitariste, auteur-compositeur-interprète, la détermination et la persévérance dont il fait preuve pour atteindre ses objectifs ne semblent pas s’essouffler malgré les aléas de la vie, bien au contraire, il s’en sert intelligemment pour se faire une place, un nom et continuer à percer dans le milieu.

Wesley Louissaint

Wesley est né en Haïti, y a grandi et s’y est bâti. Issu d’une famille de huit enfants dont le père a toujours rêvé d’être musicien, il s’est toujours donné comme objectif personnel d’être l’exemple familial du succès : «  je voulais leur montrer que tout est possible, même si l’on vient d’un milieu pauvre ».

À l’âge de huit ans, Wesley fabrique sa première guitare à l’aide de fils de pêche et d’un bidon d’eau vide. Il réalise ses premiers pas en tant qu’artiste au réveillon des enfants, où sa petite guitare est amplifiée pour l’occasion. Il intègre ensuite la chorale de l’église où il apprend à faire des harmonies et à lire la musique. « Ma carrière s’est construite de façon artisanale. Pour les yeux de l’Occident il ne s’agit pas d’une carrière. Pourtant, j’ai réussi en m’appuyant sur ma passion et la conviction que j’allais y arriver », raconte Wesley. 

Quand il a décidé de venir s’installer seul au Québec suite à son passage au Festival de Jazz avec son groupe de l’époque « So cute », Wesley n’a jamais baissé les bras malgré le choc culturel et les démarches à entreprendre pour commencer sa nouvelle vie. Peur ? Solitude ? Ces mots ne semblent pas faire partis de son vocabulaire… « En Haïti, tout est à recommencer constamment. Je ne pense pas qu’un haïtien ait peur de recommencer sa vie ailleurs, alors que dans son propre pays il doit souvent recommencer à zéro », confie-t-il.

Son positivisme est rafraîchissant ! Presqu’interpellant…On cherche la petite faille, on retourne la question dans tous les sens, rien à faire, Wesley respire le bonheur et la sérénité. C’est grâce à son attitude positive, à sa patience et à sa persévérance que Wesley réussit.  Pourtant, il est arrivé au Québec sans les outils de l’industrie. Encore aujourd’hui, il est entièrement indépendant. Il gère les artistes, les rendez-vous, les concerts et bien que constamment occupé, en tournée ou en studio, il dégage une sérénité épatante. «  Je vis à travers ma passion, à travers un sourire. Ma vie est tellement facile à vivre. On a pas besoin de faire des choses immenses et majestueuses pour avoir l’impression de vivre sa vie », partage-t-il tel un maître zen.

Aujourd’hui, Wesley est reconnu comme un artiste engagé, autodidacte, qui véhicule des messages de bonté, de justice, de liberté et de bien-être à travers des airs de reggae et d’afrobeat. Il a grandi en prenant position et continue de dénoncer l’injustice et les problèmes sociaux. C’est à ça selon lui, que doit servir un artiste.

« Kenbé Red » (« faut pas lâcher » en créole) est son message aux michelois.

Wesley sera très présent sur la scène artistique dans les prochains mois. Suivez-le sur Facebook sous le nom de Wesli ou sur www.wesliband.com. Il sera notamment en spectacle le 31 août 2012 à 12h15 et 16h15 au quartier des spectacles.

Lieux géographiques: Haïti, Québec, Jazz

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires