Harry Delva : « Je serai un conseiller patrouilleur !»

Lison Budzyn
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Présent sur le terrain au quotidien depuis 16 ans, Harry Delva est l'instigateur du projet Jeunes Patrouilleurs avec la Maison d’Haïti. Il fait le saut en politique municipale pour aller plus loin dans son engagement, relever d’autres défis. Le 1er novembre prochain il tentera de ravir le poste de conseiller du district de François-Perrault à Frank Venneri actuellement en place.

Journal de St-Michel : Pourquoi vous présentez-vous au poste de conseiller municipal dans le district de François Perrault ?

Harry Delva : « Je suis un homme de défi. A 51 ans, j’avais envie d’en relever un autre tout en restant au contact des jeunes dont il faut s’occuper et des aînés qui ont besoin d’être rassurés.»

J. de St-M. : Pourquoi vous présentez-vous sous la bannière de Vision Montréal ?

H.D: «J’ai un très bon souvenir du maire Bourque et de la façon dont il parvenait à encourager chacun à s’impliquer personnellement. D’autre part en tant que coordonnateur de la Maison d’Haïti, j’ai travaillé au contact d’Anie [Samson] et de Soraya [Martinez] que j’apprécie beaucoup. Quand le parti m’a approché je n’ai pas pu dire non.»

J. de St-M. : Qu’est ce qui fait votre singularité ? Qu’est ce qui va vous permettre de tirer votre épingle du jeu face aux autres candidats dans ce district?

H.D : «Je connais en tant que patrouilleur chaque parcelle de terrain du district’ Je connais la réalité des jeunes mais aussi celle de leur parents. Moi je ne reste pas dans ma tour d’ivoire. Depuis 18 ans, j’ai un contact quotidien avec les résidants. Cette connaissance du terrain va me permettre d’agir plus vite, de prendre des décisions efficaces plus rapidement, en connaissance de cause.»

J. de St-M. : Quels seront les points forts de votre plateforme ?

H.D : « Dans le district de François-Perrault, je mettrai l’accent sur la sécurité alimentaire et la sécurité en générale. Nous continuerons aussi à soutenir le développement économique du Petit Maghreb. Finalement je souhaite bonifier ce qui a été fait et améliorer le reste et notamment les routes et les trottoirs et le contrôle de la vitesse excessive des automobilistes dans le quartier. Il faudra aussi changer certaines choses et la première est : la présence du conseiller sur le terrain. Je suis un homme de terrain et d’écoute, je serai un conseiller patrouilleur !»

J. de St-M. : Que répondez-vous aux gens qui vous reprocherez de manquer d’expérience ?

H.D : « Je suis au sein de la meilleure équipe politique qui existe à Montréal ! Louise Harel, Anie Samson ont une très grande expérience. Je saurai profiter de leurs conseils judicieux et en plus j’apprends vite.»

Qui est Harry Delva?

Doyen de l’équipe de Vision Montréal dans l’arrondissement, Harry Delva travaille à la Maison d’Haïti depuis 1993 comme coordonnateur. Diplômé en administration et en criminologie, il est à l’origine du projet des Jeunes Patrouilleurs dans Saint-Michel. Il est aussi l’animateur de l’émission Noir de Monde sur CJNT Montréal.

Organisations: Maison d’Haïti

Lieux géographiques: Vision Montréal, District de François Perrault, Saint-Michel

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Jacques Beauséjour
    20 septembre 2010 - 15:14

    J’appuie la Coalition pour la Liberté en Éducation (La CLÉ) Comme professeur retraité j’ai déjà enseigné deux genres de cours à l’école soit le cours de morale et le cours d’enseignement religieux catholique et c’était les parents qui décidaient du cours où iraient leurs enfants. Le cours de morale contenait l’aspect éthique tandis que le cours d’enseignement religieux catholique contenait l’aspect de la foi catholique et l’aspect éthique. Les parents avaient des choix à faire pour les cours dans l’école et le gouvernement n’imposait pas son choix. Le gouvernement du Québec a imposé le cours d’Éthique et culture religieuse (ÉCR) sans laisser de choix aux parents. C’est pourquoi j’appuie la Coalition pour la liberté en Éducation (La CLÉ) qui «regroupe des parents bénévoles» unis pour la défense de cette liberté de choix des parents. Cf. http://coalition-cle.org/lacle.php * Comme nous pouvons le lire dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (ONU), à l’article 26, il est écrit : «3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.» C’est dans ce sens que la CLÉ porte son action pour la liberté de choix des parents comme vous pouvez le constater en allant voir sur leur site. J’appuie la démarche de libération des parents ! Jacques Beauséjour, Député du Parti Québécois Comté d’Iberville 1976-85